AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Un chocolat chaud et un croissant s'il vous plait ! [PV Beverly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
Invité




MessageSujet: Un chocolat chaud et un croissant s'il vous plait ! [PV Beverly]   Lun 8 Mar - 20:15

    Ce qui m'avait toujours amusé dans le bar de l'université, c'était qu'à n'importe quel moment, on ne pouvait trouver de types totalement éméchés, vieux et habillés comme des clochards. Parce que oui, à chaque fois que j'avais posé le pied dans un bar en ville, j'avais vu un type comme ça. Mais là non, juste une flopée de mecs branchés ou non, les yeux rivés sur la télé, sur une fille, sur un livre ou une bière. Pas une seule personne de plus de vingt-huit ans, mis à part les employés. Pour ce qui était de mon avis concernant ma relation avec ledit bar; je l'adore. C'est l'un des meilleurs endroits à l'université ou je peux tester mes talents. J'aime bien discuter avec tout le monde, découvrir de nouvelles têtes, aider les nouveaux à s'intégrer, chose que peu d'anciens peuvent se vanter. Et puis la plupart du temps, les femmes qui y trainent sont particulièrement seules... La plupart du temps.

    Laissons la les divagations de mon âme et entrons à l'intérieur. Je saluais d'un geste chaleureux de la main le barman, un vieil homme taciturne mais franchement sympathique et lui commandais un chocolat chaud. Je posais sur le comptoir un petit sac en papier blanc dans lequel séjournait un magnifique croissant. Je jetais un coup d'œil à la télévision, me réjouissant de constater que le temps allait en se réchauffant. Parce que oui j'avais toujours hais le froid glacial et j'adorais véritablement me balader sous un soleil majestueux. Même si j'étais peu attiré par le bronzage, comme ma peau laiteuse pourrait vous le prouver. Le barman revint et posa une tasse fumante devant moi. Je le remerciais avec un sourire franc puis je versais une dose de sucre dans le breuvage, touillant doucement tout en observant une à une les personnes qui peuplaient le bar.

    Trois types, sportifs au vu de leurs vestes de football américain, trop jeunes pour être des membres d'une fraternité et qui transpiraient la confiance en eux. Des futurs quaterbacks, populaires et glorieux. Je souriais et continuais mon manège, arrêtant cette fois mon regard sur une très jolie femme, blonde et vertigineuse. Au premier coup d'oeil, les plus belles filles de l'université étaient à placer dans la sororité Thêta Kappa ou Eta Xi, mais là... J'étais d'avis qu'avec cet air rêveur mais en même temps très déterminé. C'était une artiste, musicienne ou peintre, le genre de domaine ou elle pouvait s'enfermer dans une bulle, une sorte d'autre vie. Elle devait être très renfermé étant petite mais j'étais sûr et certain qu'à partir du... collège, elle avait commencée à se divertir, plus en étant influencé que par envie. J'étais pratiquement sûr de mon diagnostic que je trouvais très réussi. J'avais envie de savoir si je disais la vérité.

    J
    e m'approchais de sa table, la tasse dans la main droite et le croissant dans l'autre et je m'asseyais en face d'elle en souriant.

    - Salut ! Moi c'est Warren ! Ça va bien ?

    Je n'avais absolument aucune honte et aucune timidité à parler comme ça au gens. J'aimais ça et au vu des réactions globales des personnes auxquelles je m'adressais, ils trouvaient ça étrange et attirant. Attirant au second degré bien sûr... C'est à dire que je donnais envie au gens de répondre sans méfiance. Cela faisait partie d'une de mes études lorsque j'étais au lycée. Une sorte d'hypnose très faible, qui marchait même dans les mauvaises situations.

    Je portais la tasse à mes lèvres et avalais une lampée du chocolat chaud. Je croquais ensuite dans mon croissant en essayant tant bien que mal de ne pas en foutre partout puis je reportais mon attention sur la jeune femme. Avec le sourire.
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Invité




MessageSujet: Re: Un chocolat chaud et un croissant s'il vous plait ! [PV Beverly]   Lun 8 Mar - 21:50

    Les réveils sans sonneries sont mes préférés. Et aujourd'hui justement, j'avais le loisir de me réveiller à l'heure que je voulais puisque je n'avais pas cours le matin. Sauf que, les jours où j'ai le droit de me lever à pas d'heure et bien, à 8 heures de suis debout. Et aujourd'hui, ça n'avait pas manqué. 8 heures debout, les cheveux en pêtard et la gueule encore pire. Je hais le matin.
    Mais après une bonne douche et un brin de maquillage, je me trouvais nettement plus présentable. J'arrangeais mes cheveux en un chignon "coiffé/décoiffé" et me plantais devant mon armoire. J'en sortis un jean slim et un débardeur blanc. J'assoortissais le tout avec moultes bracelets ainsi qu'un sautoir et le tour était jouer. Pour mon maquillage? Un peu de fond de teint, du crayon et le tour était jouer. J'enfilais une pair de converses rouges, pris mon sac à main et sortis de la chambre en claquant la porte. Un leger sourire s'afficha sur mon visage, j'immaginais la tronche qu'allait faire Keliann lorsqu'elle entendrait le gros boum de la porte, elle qui était plongée dans un profond sommeil.
    A cette heure-ci, les couloirs de ma confrérie étaient désert. Et pire encore, lorsque je sortis de mon bâtiment, la cours était déserte. Une bise frâiche me fouetta le visage. Un frisson parcouru mon échine. Putin de temps de merde. Je bravais donc le froid en me dirigeant vers le bar de l'université où j'avais habitude de prendre mon petit dej'. Je trouvais que les chocolats chauds là-bas étaient les meilleurs. C'est donc d'un pas legé mais rapide que je m'aventurai en direction du bar.
    Arrivée devant le bar, j'ouvris vite la porte et ce coup-ci, c'est un courrant d'air chaud qui me caressa le visage. J'esquissai un sourire, salua le barman et allai m'assoir à une table bien au fond du café afin de ne pas être déranger. Je commandai donc LE fameux chocolat chaud que je raffolai. Lorsqu'il me fut approté, je le posai à côté de moi et sortit le début de mon dossier sur un dessinateur pas connu du tout mais dont les dessins m'intrguaient et me laissaient perplexe. En effet, ils ne ressemblainet à rien mais mon esprit complètement tordu arrivait à y percevoir des choses, innexistantes bien entendu.
    Je n'entendais rien, prise dans mes pensées jusqu'à ce qu'une voix m'interpele. Je relevai la tête, haussa un sourcil mais un leger sourire se dessina tout de même sur mes lèvres. Ce mec avait du culo et le culo était une chose que j'admirais. Je lui souris donc plus intensément.

    " Bonjour! Ca pourrait aller mieux si ce putin de dossier pouvait se finir tout seul. Et toi, ça va? "

    Lui dis-je simplement. Puis, je pris mon chocolat en main afin de me les réchauffer et ajoutai :

    " Moi c'est Beverly. Enfin, Bevy, je préfère, ça fait moins pouf je trouve. "
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Invité




MessageSujet: Re: Un chocolat chaud et un croissant s'il vous plait ! [PV Beverly]   Mar 9 Mar - 19:41

    La jeune femme m'observa à son tour, assez rapidement. Elle souris, ce qui signifiait qu'elle trouvait amusante la façon avec laquelle je l'avais saluée. Un bon point pour moi. J'avais déjà été confronté à un problème majeur au sein de la population étudiante, la méfiance. Un gros problème pour échanger avec l'autre non ? Cette méfiance se traduisait surtout par un caractère de grand timide ou de victime. Je tentais alors de changer de méthode pour leur parler mais une bonne partie se renfermait sur eux même comme des plantes carnivores, sans les piques. Je n'étais pas encore au point pour ce genre de situation apparemment. Enfin bref, la jeune femme était encore plus jolie de près et je remarquais que le dossier sur lequel ses yeux étaient fixés avant que j'arrive était un dossier rempli de dessin et autres documents en tout genre. Une dessinatrice, j'y étais presque ! Je me déclarais tout de même vainqueur, parce qu'une peintre et une dessinatrice, on pouvait dire que c'était la même chose. A côté du dossier, je remarquais une tasse à moitié remplie d'un chocolat chaud qui sentait aussi bon que le mien. Elle devait être comme moi, quelque unes des rares personnes qui ne buvaient pas de café le matin. Moi personnellement je détestais ça, c'est amer et ça donne aux dents une teinte jaunâtre, comme la cigarette.

    Elle me répondit alors, mettant fin à au dialogue sans fin de mon esprit. Rien qu'à sa réponse, je devinais de nouvelles choses. Cette fille n'avait jamais été timide de sa vie. J'appuyais donc mon idée, dans son enfance, elle n'était renfermée que parce qu'elle ne se souciait pas des autres, comme si il n'était pas obligatoire dans sa vie d'avoir des amis, ou des contacts tout simplement. Maintenant elle avait changée bien sûr, plus sûr d'elle, plus fêtarde si j'en jugeait par son comportement et sa tenue décontractée et sans complexe. Elle me parlait de son dossier, comme si j'étais déjà un de ses amis. J'appréciais les gens comme elle. La plupart ne répondait que brièvement et me demandait pourquoi je leur parlais. Un vrai fléau je vous l'avais dit.

    Je fixais mon regard dans le sien, pour ne pas qu'elle s'imagine que je la matais -car non je ne la mattais pas- puis je lui souriais de nouveau. Elle me divulgua son prénom. Beverly. Intéressant. Des parents typiquement américain, surement riches, ou tout du moins hautement placés dans la hiérarchie sociale. J'imaginais déjà une mitrailleuse de question pour répondre à toutes mes suppositions -à supposer, justement, que j'émettais des hypothèses et non des faits- mais je préférais attendre un petit moment, bien que mon honnêteté et ma confiance ne me permettraient pas d'attendre longtemps. J'étais quelqu'un qui avait beaucoup de mal à tenir ma langue, parce que je trouvais cela stupide et j'aimais dire ce que je pensais. Je trouvais ça juste et parfois marrant de constater les étonnantes réactions que pouvaient avoir les gens quand on leur annonçaient une vérité "en face". Bevy -oui c'est comme ça qu'elle venait de m'autoriser à la nommer- trouvait que ce surnom, justement, faisait moins "pouf'". Une preuve encore qu'elle était quelqu'un de relativement ouverte, artistique mais encline à détester les... "filles faciles". Je ne trouvais pas de nom pour coller à cette image de pouf', mais j'espère que vous voyez ce que je voulais dire.

    - Va pour Bevy alors ! Moi ça va comme sur des roulettes ! C'est pas encore l'été mais je sent que ça approche tranquillement. Et moi j'adore la chaleur ! Et puis surtout j'ai pas cours de la journée donc je suis plutôt... tranquille. Mais toi alors, de quel dossier parles-tu ? Tu es en étude d'art toi non ? Et t'adores le dessin je suis sûr.

    Je souriais de plus belle, sans comprendre comme d'habitude pourquoi j'avais lâché deux de mes suppositions à son encontre dès le début. Moi qui pensais attendre, c'était raté. Mais tant pis ! Elle avait l'air... Que disais-je ! Elle était sympa, alors à quoi bon attendre ? Je préférais tout de même la prévenir de ce que j'adorais faire; établir un profil.

    - Je suis toujours comme ça, ne t'inquiètes pas. Comme j'adore faire un profil de tous les gens que je rencontre, et bien j'aime savoir si j'ai raison !

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Invité




MessageSujet: Re: Un chocolat chaud et un croissant s'il vous plait ! [PV Beverly]   Sam 13 Mar - 0:25

    Foutu dossier, foutue université, foutus profs. Je maudissais silencieusement ma prof de dessin en regardant le dossier montre qu'elle nous avait demandé de faire. J'aurais bien aimé faire un dossier sur moi. Ca aurait été beaucoup plus simple et je crois que j'aurais pris plaisir à carrément raconter ma vie. Là non, je devais raconter la vie d'un dessinateur mort depuis presque un siècle et dont les dessins n'étaient que des gribouillis pleins de couleurs. Parfois je me demandais comment les gens pouvaient-ils accrocher tout ça dans leur salons même si, pour ma part, les dessin de ce monsieurs m'inspiraient tout de même un peu.
    Je levais le nez de mon dossier afin d'accueillir le nouveau venu à ma table et lui afficha un grand sourire lorsqu'il se présenta. Je n'étais pas du genre à refuser qu'on vienne s'assoir à ma table au contraire. Certes, j'avais été auparavant plurôr négative quand à toute tentative d'approche de la part des mecs comme des filles mais aujourd'hui j'étais très ouverte, bien que je préfèrais la solitude, à toute nouvelle amitié. Je lui répondis le plus simplement du monde, comme si je le connaissais depuis belle lurette et lui offris même le droit de m'appeler par mon surnom le plus courrant que je trouvais bien plus chaleureux. J'observai à vive allure Warren, le dévisageant discrètement afin de savoir tout de même à qui j'avais affaire. Pas mal. Il avait un joli visage, de magnifiques yeux bleus (comme les miens mouahaha). Je ne m'attardai pas plus que ça et trempai à nouveau mes lèvres dans mon chocolat chaud.


    Citation :
    - Va pour Bevy alors ! Moi ça va comme sur des roulettes ! C'est pas encore l'été mais je sent que ça approche tranquillement. Et moi j'adore la chaleur ! Et puis surtout j'ai pas cours de la journée donc je suis plutôt... tranquille. Mais toi alors, de quel dossier parles-tu ? Tu es en étude d'art toi non ? Et t'adores le dessin je suis sûr.

    Je réprimais un joli sourire. Mon dieu quel moulin à parole! Mais après tout tant mieux, je ne passerais pas mon petit déjeunée seule avec mon dossier. Je n'étais pas de ces gens qui détestent qu'on leur parle le matin. Moi, je préfère écouter et Warren m'avais l'air plutôt extravertit. Je remis une mèche de cheveux derriere mon oreille, reposai ma tasse de chocolat sur la table et lui répondit un sourire au bout des lèvre laissant appercevoir mes dents blanches :

    " Cet énorme chose ponctuée de dessin moches là. Je dois faire un dossier sur un mec mort depuis des lustres. Et c'est.. très ennuyant. Mais bon. Oui, effectivement je suis en études d'art, de dessin enfait. Je dessine depuis que je suis haute comme trois pommes. Et très franchement je ne vois pas l'interêt de faire un dossier sur un mec qui pourri dans sa tombe et dont les dessins ne m'inspireront pas franchement grand chose. C'est pas réellement ça que j'aime dessiner. "

    Lui dis-je avec une grimace de dégoût. Oui, j'ai dis plus haut que ces dessins m'inspiraient. Mais en disant cela, je voulais juste dire que j'arrivais à voir quelques petits trucs, ou plutôt immaginer. Enfin, je suis un peu embrouillée là. Warren me tira de mes pensées en m'apprenant que :

    Citation :
    - Je suis toujours comme ça, ne t'inquiètes pas. Comme j'adore faire un profil de tous les gens que je rencontre, et bien j'aime savoir si j'ai raison !

    Repprenant ma tasse dans mes mains afin de les réchauffées je lui souris. Ca ne m'étonnais pas. Même pas du tout enfait. Personnellement, je n'étais pas comme lui. Je ne me faisais pas de suppositions sur les gens avant d'aller les rencontrer. J'attendais de leur parler avant de me faire une opinion. Enfin. Je lui fit un de mes plus grand sourire et lui répondit :

    " Ah? Et tu as pensé quoi de moi en me voyant là pour la première fois? "
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Invité




MessageSujet: Re: Un chocolat chaud et un croissant s'il vous plait ! [PV Beverly]   Lun 22 Mar - 23:19

    Lorsque j'eus finis de parler à tort et à travers comme j'adorais le faire, je la laissais prendre le temps de répondre, fixant son visage pour distinguer quoi que ce soit qui pourrait me permettre de donner une estimation des sentiments qu'elle ressentaient. Elle sembla réprimer un sourire après que j'eus déblatérer un gros morceau de paroles, ce qui signifiait qu'elle me trouvait drôle ou sympathique grâce à ce que j'appelais mon "aptitude à envoyer une forte proportion de mots en l'espace de quelques secondes". Toujours était il qu'elle restait souriante, sociable et charmante. Bevy répondit à toutes mes questions, laissant entrevoir plus de choses sur elle même que je semblais déjà savoir. Elle étudiait en art, plus particulièrement dans le dessin, elle même dessinait beaucoup et comme je l'avais déjà pensé, surement depuis la plus tendre enfance. Ses études ne devait pas être pour elle une source de joie, c'était seulement la seule voie qu'elle avait pu choisir dans le domaine qu'elle affectionnait. Ce qu'elle voulait c'était pouvoir vivre de ce qu'elle aimait faire et rien d'autre. Peut-être me trompais-je, ou peut-être pas. J'allais le savoir bientôt de toute façon, car j'étais décidé à discuter avec elle jusqu'à qu'elle ait l'air ennuyée d'être en ma compagnie. Elle attisait ma curiosité à être aussi sociable alors que la plupart des personnes présentes sur le campus réagissaient avec méfiance aux types qui leur parlaient sans arrières pensées. Je l'appréciait déjà. La grimace de dégout qui suivit sa réponse me conforta dans mon idée première. La dernière phrase qui allait avec aussi. Ces études n'étaient pour elle qu'un moyen d'enrichir sa technique et de gagner de l'expérience. Un peu comme moi même si je souhaitais ardemment tout connaitre sur ce que je voulais faire. Je m'étais d'ailleurs demandé comment un autre type que moi mais qui aurait eu le même souhait d'étude en psychologie pouvait faire. La masse de travail, surtout à apprendre et à lire était énorme. Je savais qui j'étais, un espèce de génie de la psychologie à ce que disait mes profs. Mais eux, je n'aurais jamais pu tenter cette voie si je n'avais pas eu de facilité, tout du moins je le pensais à l'heure actuelle.

    Je ne répondais donc pas à son discours, acquiesçant juste de la tête pour lui faire comprendre que j'écoutais attentivement. Elle devait s'en rendre compte, vu avec quel regard je la fixais. Pour moi c'était un regard habituel, presque continu, mais pour les autres, me voir les dévisager ainsi devait leur faire quelque chose de bizarre, la méfiance comme d'habitude. On en revenait toujours à ce point là dans cette université. Bref, elle répondit ensuite à ma déclaration concernant ce que j'adorais faire, c'est à dire établir un profil. Rien qu'au ton de la voix, je déduisais qu'elle n'était pas du tout du même genre. Elle n'avait pas de préjugés sur les gens et attendait de leur parler pour se faire des idées précises sur eux. Moi même, je savais pourtant que ce je faisais n'était pas grossier. Il ne s'agissait pas de préjugés ou d'autres chose d'impoli et de discriminatoire. C'était simplement ma caractéristique première, et je le reconnaissais sans nul doute.

    - Je me suis tout de suite dit que t'es une artiste, surement dans la fraternité qui les regroupent. Que tu étais renfermé étant petite mais qu'au fil du temps, et plus particulièrement lors d'une certaine période, je pencherais plutôt pour le collège, tu t'es ouverte à de nouvelles expériences, par influence. J'ai aussi pensé que tu étais très belle et donc que tu pouvais faire partie d'une sororité qui regroupe les plus populaires des filles de l'université mais après coup je me suis dit que non. Enfin le fait que tu sois belle est à part... BREF, si tu me trouves trop indiscret ou si je t'ai offensée, dit le moi hein ?

    Je lui souriais gentiment pour lui montrer que je pensais ce que je disais, bien que je me doutais qu'elle ait compris que j'étais le genre de type très honnête envers les autres. Je bus une autre gorgée de chocolat chaud et m'adossais tranquillement au dos de la chaise.

    - Si je peux me permettre de faire ceci, c'est parce que je fais des études de psychologie. Du genre profiler tu vois ? Et en faisant ce que je fais avec tout le monde, c'est à dire tenter de lire en eux, je gagne de l'expérience, surtout si je me rends compte que ce que je pensais est vrai, ou parfois faux.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un chocolat chaud et un croissant s'il vous plait ! [PV Beverly]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un chocolat chaud et un croissant s'il vous plait ! [PV Beverly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNIVERSITY OF SOUTHERN CALIFORNIA :: UNIVERSITY OF SOUTHERN CALIFORNIA :: 
Les bâtiments annexes
 :: Cafés/bars
-